Les relations égypto-tunisiennes
lundi 19 août 2019
Les relations égypto-tunisiennes

Les relations politiques entre l’Égypte et la Tunisie reflètent l’histoire commune des deux peuples et les liens sociaux et culturels qui les unissent. Ce qui s’est reflété dans la diversité des dossiers communs qui nécessitent une coordination et une coopération entre les deux pays. Outre les problèmes bilatéraux aux multiples facettes, il existe de nombreux problèmes régionaux dans lesquels la coordination des positions entre les deux pays est vitale pour le bénéfice des deux peuples, de la nation arabe et islamique et du continent africain, en premier lieu la cause palestinienne et d’autres questions. Ainsi que la coordination conjointe sur les questions africaines discutées par le biais de l’adhésion des deux États à l’Union africaine ou d’autres Organisations continentales, régionales et internationales.

Au cours des dernières décennies, les relations politiques entre les deux pays ont atteint des sommets grâce à des consultations politiques permanentes entre les dirigeants des deux pays et via les réunions périodiques du Haut Comité conjoint qui sont présidées séquentiellement par les deux chefs des Gouvernements.

Les relations entre l’Égypte et la Tunisie au cours des quatre dernières années ont été marquées par un saut qualitatif en termes de communication et de coordination dans tous les dossiers, en particulier dans la lutte contre le terrorisme. Outre la coordination continue entre les deux pays dans tous les dossiers d’intérêt commun, tant au niveau arabe, islamique qu’international. Les relations politiques entre l’Égypte et la Tunisie prévalent dans la compréhension mutuelle, comme en témoignent les positions similaires adoptées par les deux pays sur diverses questions d’intérêt commun, au premier rang la question palestinienne et d’autres dossiers régionaux en Syrie, en Libye et au Yémen, ainsi que la lutte contre le terrorisme. Les deux pays tiennent également à consulter et à coordonner les positions dans divers Forums internationaux et régionaux afin de réaliser leurs intérêts communs.

Les deux pays sont préoccupés par l’évolution de la crise libyenne, en tant qu’États voisins de la Libye. Par conséquent, ils sont membres des réunions des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Lybie, notamment (L’Égypte, la Tunisie et l’Algérie). L’Égypte, la Tunisie et l’Algérie ont signé la Déclaration ministérielle de Tunis pour soutenir le règlement politique en Libye le 20 février 2017.

 

Les deux pays ont également coopéré à l’évacuation des Égyptiens bloqués sur les frontières entre la Lybie et la Tunisie en 2014, estimés à 100 000 Égyptiens, de manière sûre après la mise en place d’un pont aérien et maritime, ce qui confirme la profondeur des relations entre les deux pays.

Le 27 mars 2015, le Président tunisien Béji Caïd Essebsi s’est rendu en Égypte pour assister à la 26ème session du Sommet arabe. Il a été reçu par le Président Abdel Fattah Al Sissi.

Les deux parties ont également assisté à un développement remarquable dans le domaine de la lutte contre le terrorisme : un comité égypto-tunisien conjoint présidé par le Premier ministre Égyptien Ibrahim Mahlab et son homologue Tunisien Habib El-Sied s’est tenu à Tunis en septembre 2015 pour promouvoir la coopération entre les deux pays.

La visite du Président Tunisien Béji Caïd Essebsi en Égypte en octobre 2015 a donné un nouvel élan aux relations entre les deux pays frères et a marqué un tournant dans l’histoire de ces relations. Outre le retour du Haut Comité conjoint tunisio-égyptien en septembre 2015, après une interruption depuis 2010, où L’ancien Premier ministre Ibrahim Mahlab s’est rendu en Tunisie, Le 8 août 2015 et a rencontré son homologue Tunisien, Habib El-Sied, qui s’est félicité de la reprise de la réunion du Haut Comité conjoint égypto-tunisien, soulignant qu’il s’agissait d’une étape positive dans le renforcement des relations bilatérales et qu’il établirait une nouvelle phase de relations.

Plusieurs réunions de Sous-comités ont eu lieu sur les travaux du Haut Comité, ce qui a abouti à la signature de plusieurs Accords de coopération dans divers domaines dans le but de renforcer la coopération entre les deux pays, notamment dans les domaines de l’industrie, du commerce, du tourisme, de la main-d’oeuvre, de la supervision économique, de la radio, de la télévision, de la culture et des industries traditionnelles.

Au cours des réunions du Haut Comité conjoint, les deux parties ont appelé à la nécessité de disposer des résultats sur de nouveaux mécanismes de soutien à la circulation des échanges commerciaux et des investissements mutuels entre les deux pays, à la mesure de la nature de leurs relations distinguées. Outre la nécessité de tirer parti des Accords de libre-échange « d’Agadir » et du « Libre commerce arabe », ainsi d’encourager la communication entre les hommes d’affaires et d’impliquer le secteur privé par le biais d’échanges de visites et de la valorisation des opportunités d’investissement disponibles, en plus d’examiner nombre de propositions, notamment : «L’étude de la possibilité de mettre en place une ligne maritime régulière entre l’Égypte et la Tunisie, la possibilité de participer à des projets communs et de tirer parti de l’expertise de l’Égypte dans le domaine du pétrole et du gaz, qu’il s’agisse de l’exploration, du transport et de l’extraction ou de la pétrochimie».

En novembre 2017, le Président Sissi a reçu le Premier ministre Tunisien, Youssef Al-Shahed, au Caire. Les deux parties ont souligné qu’il importait de renforcer la solidarité entre les pays arabes pour faire face aux défis sans précédent auxquels ils étaient confrontés, notamment la propagation de la menace terroriste et de l’idéologie extrémiste, qui nécessite des efforts afin de consolider l’unité, désamorcer les conflits sectaires et confessionnels et préserver les institutions nationales de l’État.

Lors de sa visite au Caire en novembre 2017, le Premier ministre Tunisien a assisté à la 16ème session du Haut Comité conjoint égypto-tunisien présidé par les Premiers ministres des deux pays, Shérif Ismail et Youssef Al-Shahed, qui ont signé 10 Accords tendant à renforcer les liens et à consolider les relations économiques et commerciales, qui comprenait «le transport maritime et la reconnaissance mutuelle des certificats de compétence et des certificats d’éligibilité maritime pour les marins, les services vétérinaires, les expositions et les marchés internationaux, l’investissement et la coopération internationale, les énergies nouvelles et renouvelables, la santé et la médecine, la coopération entre l’Autorité générale du port d’Alexandrie et l’Autorité tunisienne du commerce maritime et des ports.

Au cours de la réunion, les deux parties ont souligné leur souci de poursuivre leur coordination sur les questions d’intérêt commun arabes, régionales et internationales, ainsi que le maintien du soutien mutuel des candidats des deux pays dans les diverses instances internationales. Pour sa part, le Premier ministre Tunisien a souligné qu’il existait une grande similitude entre les défis de développement rencontrés par l’Égypte et la Tunisie dans la poursuite des réformes économiques, ainsi que par le phénomène du terrorisme et de la pensée extrémiste, d’où la nécessité d’une coordination continue entre eux et de se joindre aux efforts internationaux à cet égard pour assurer l’élimination de ce phénomène, qui tente de saper les efforts de développement durable.

Le Premier ministre Tunisien a souligné qu’il importait de poursuivre les échanges de visites entre les responsables des deux pays pour en tirer le maximum d’avantages, notamment pour renforcer la coopération économique et commerciale, activer le rôle du secteur privé et la coopération en matière d’investissement. Il a exprimé son aspiration que les décisions et recommandations du Haut Comité contribueraient à la création de nouvelles possibilités de coopération entre les deux pays, soulignant la présence d’un grand nombre d’entreprises tunisiennes intéressées à investir dans divers secteurs du marché égyptien et souhaitant exploiter les opportunités d’investissement prometteuses offertes dans le cadre des grands projets nationaux en cours en Égypte.

Cela s’ajoute à l’échange de visites entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays, ainsi qu’à la poursuite des visites entre les ministres des deux Gouvernements afin de suivre la coopération bilatérale dans les divers domaines.

Les Relations Économiques

Plusieurs Accords économiques et commerciaux ont été signés entre l’Égypte et la Tunisie, dont le plus important est l’Accord visant à faciliter le commerce entre l’Égypte et les États arabes (Zone élargie de commerce arabe). L’exonération totale des droits de douane a été conclue à compter du 1er janvier 2005. L’Accord d’Agadir entre l’Égypte, la Tunisie, le Maroc et la Jordanie signé en 2004 et l’Accord de libre-échange entre l’Égypte et la Tunisie, ainsi que plusieurs autres Accords tels que la prévention de la double imposition, la promotion des investissements, la coopération économique, la coopération scientifique et technologique et la coopération industrielle.

Le volume des échanges entre l’Égypte et la Tunisie en 2018 (selon les statistiques de l’Institut national de la statistique en Tunisie) s’est élevé à environ 486,3 millions de dollars, contre 405,8 millions de dollars en 2017, dont 427,3 millions de dollars en exportations égyptiennes vers la Tunisie et 59 millions de dollars en importations égyptiennes en provenance de Tunisie.

Les produits les plus importants des exportations égyptiennes vers la Tunisie sont les produits pétroliers, avec 51,97% du total des exportations, puis les tissus en coton, les produits alimentaires, le fer et l’acier, les appareils électriques, les produits en plastique et en verre.

Pour les principales exportations tunisiennes vers l’Égypte, les produits chimiques utilisés en agriculture sont évalués à 32,32 millions de dollars, soit 54,77% des exportations tunisiennes vers l’Égypte, ainsi que des fournitures de voitures, tracteurs, produits en papier, appareils électriques, fer et acier et produits en céramique.

Les investissements mutuels

Les investissements tunisiens en Égypte ont atteint environ 802 millions de dollars en 2018 et reflètent l’activité de 312 entreprises des secteurs des services, de l’industrie, du tourisme et de l’agriculture. Ces investissements devraient augmenter en vertu de la nouvelle loi sur les investissements et de son règlement d’exécution, qui offre de nombreuses facilités aux investisseurs. Tandis que le volume des investissements égyptiens en Tunisie s’élevait à 2,2 millions de dollars, il s’agissait d’une usine de tabac et d’une autre pour le secteur des meubles et des appareils électriques.

Ces investissements sont concentrés dans les domaines des services pétroliers, du tourisme, de la construction, des industries et d’autres. En revanche, les investissements égyptiens en Tunisie n’ont pas dépassé 2,2 millions de dollars (construction, mobilier et d’autres).

Parmi les investissements égyptiens les plus récents en Tunisie, l’entreprise « Unionaire Égypte » a signé en 2017 un Accord portant sur la création d’une usine à Tunis, à Sousse, afin de mettre en place les climatiseurs et les cuisinières égyptiens avec un investissement important de 10 millions de dollars. Cette usine couvrira l’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Des opportunités d’investissement sont disponibles en Tunisie pour les hommes d’affaires égyptiens. La politique économique égyptienne a également récemment offert des opportunités d’investissement par le biais d’hommes d’affaires et d’investisseurs tunisiens dans divers domaines de l’agriculture, de l’industrie et du pétrole. L’Égypte étant devenue un centre régional pour la baisse des prix des produits industriels et des matières premières et le coût de la main-d’oeuvre par rapport à d’autres pays.

Nouveaux Accords

En septembre 2015, 16 Protocoles d’accord et un Programme exécutif de coopération entre l’Égypte et la Tunisie ont été signés à Tunis, en présence du Premier ministre Ibrahim Mahlab et de son homologue tunisien Habib El-Sied. Le Comité a signé un Mémorandum d’accord sur la coopération dans le domaine des ressources en eau 25

et de l’irrigation, un Mémorandum d’accord sur la coopération dans le domaine des marchés boursiers, un Mémorandum d’accord sur la coopération dans le domaine de la protection des consommateurs et du contrôle du marché et un Mémorandum d’accord sur la coopération entre le Fonds social pour le développement et la Banque tunisienne de solidarité et le deuxième Programme exécutif de coopération dans le domaine de la protection de l’environnement et le Programme exécutif de coopération dans le domaine de la jeunesse. Il a également été convenu d’étendre les travaux d’un certain nombre de documents déjà signés pour les années à venir.

Les documents signés en 2015 :

  • Procès-verbaux des réunions de la quinzième session du Haut Comité, signés par les Premiers ministres des deux pays.
  • Mémorandum d’accord pour la coopération dans le domaine des ressources en eau et de l’irrigation.
  • Mémorandum d’accord pour la coopération en bourse.
  • Protocole d’accord de coopération dans le domaine de la protection des consommateurs et du contrôle du marché.
  • Mémorandum d’accord pour la coopération entre le Fonds social pour le développement et la Banque tunisienne de solidarité.
  • Le deuxième Programme-cadre de coopération dans le domaine de la protection de l’environnement.
  • Programme exécutif pour la coopération dans le domaine de la jeunesse.
  • Programme exécutif pour la coopération dans le domaine du sport.
  • Programme exécutif de coopération dans le domaine de l’enfance.
  • Programme exécutif de coopération dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement.
  • Programme exécutif de coopération dans le domaine de l’information.
  • Programme exécutif de coopération dans le domaine des industries traditionnelles.
  • Programme exécutif du protocole de coopération indus
  • Programme exécutif de coopération dans le domaine de la culture.
  • Programme exécutif de coopération dans le domaine des archives et des documents.
  • Programme exécutif de coopération dans la recherche scientifique.
  • Programme exécutif de coopération dans le domaine du tourisme.

 

Le 12 novembre 2017, l’Égypte et la Tunisie ont signé dix Accords de coopération lors des réunions du 16ème Haut Comité égypto-tunisien tenues au Caire en présence du Premier ministre égyptien Shérif Ismail et de son homologue tunisien Yousef Al-Shahed. Ils incluent les secteurs économiques, l’aide à l’investissement, la santé et la jeunesse. Le Haut Comité a pour objectif d’accroître le volume des échanges commerciaux et des investissements communs, à la lumière des divers potentiels et ressources des pays, ainsi que d’échanger des points de vue et de coordonner des positions sur des questions d’intérêt commun arabes, régionales et internationales.

Les Accords portent sur le transport maritime et la reconnaissance mutuelle des certificats de compétence et des certificats d’éligibilité maritime pour les marins, des services vétérinaires, des expositions et des marchés internationaux, des investissements et de la coopération internationale, des énergies nouvelles et renouvelables, de la santé et la médecine, des sports et de la coopération entre l’Autorité générale du port d’Alexandrie et l’Autorité tunisienne du commerce maritime et des ports. Les procès-verbaux des réunions du Haut Comité égypto-tunisien ont également été signés.

Les deux pays sont également convenus d’activer leurs points de contact pour répondre aux demandes mutuelles concernant les certificats d’origine afin de faciliter la mainlevée des envois, d’éviter la congestion aux bureaux de douane et de renforcer la coopération dans les domaines de l’échange d’informations, du développement des exportations, de la participation à des expositions publiques et spécialisées, l’échange d’opportunités d’investissements industriels disponibles dans les deux pays pour encourager la mise en place de projets de partenariat entre les secteurs porteurs, notamment dans les domaines de l’électronique et des industries de l’alimentation automobile, du textile et du prêt-à-porter.

Il a également été convenu de l’importance de renforcer le rôle du Conseil commercial mixte égypto-tunisien et d’intensifier les réunions d’hommes d’affaires dans les deux pays. Ainsi que la signature d’un Protocole de coopération entre les centres technologiques égyptiens et les centres techniques tunisiens dans les domaines de l’alimentation et de l’agriculture, du cuir, de l’industrie des chaussures, des textiles et des matériaux de construction, ainsi que des industries chimiques et techniques, de l’ameublement et de l’emballage. L’Accord prévoyait également la tenue de la onzième réunion du groupe de travail mixte égypto-tunisien sur la reconnaissance mutuelle des certificats de conformité entre les deux parties.

Les deux parties ont également souligné qu’il importait de renforcer la coopération entre l’Égypte et la Tunisie dans les pays africains, compte tenu en particulier de la forte présence de l’Égypte dans la région de l’Afrique centrale et orientale et de la présence importante de la Tunisie en Afrique de l’Ouest, en particulier de sa récente adhésion au COMESA, qui permettra la mise en place de projets conjoints égypto-tunisiens dans plusieurs pays africains. Le Gouvernement tunisien tente également d’accroître les exportations tunisiennes sur le marché égyptien.

En août 2018, l’Égypte et la Tunisie ont convenu de renforcer les relations commerciales communes et d’éliminer tous les obstacles au flux des échanges commerciaux et aux investissements communs des deux parties, dans le but de faire progresser le niveau des relations commerciales communes dans l’intérêt des deux pays frères. .

Au cours d’une réunion de la Commission égypto-tunisienne du commerce et de l’industrie à sa cinquième session au Caire sous la présidence des ministres du Commerce et de l’Industrie des deux pays, les procès-verbaux des réunions de la commission ont été signés, comprenant un certain nombre d’éléments liés à l’importance de faciliter et de simplifier les procédures associées à la circulation des échanges commerciaux entre les deux pays. En plus d’optimiser l’utilisation des ressources disponibles pour les deux pays afin de réaliser l’intégration économique et un partenariat efficace entre eux, soulignant que la coopération économique entre les deux parties se poursuivra au cours de la période à venir, notamment à la lumière du consensus entre les responsables des deux pays visant à élargir les relations communes et à développer la coopération dans le domaine du développement industriel, l’échange d’opportunités d’investissements industriels disponibles dans les deux pays pour encourager la mise en place de projets de partenariat entre les secteurs porteurs, notamment dans les domaines de l’électronique et des industries de l’alimentation automobile, du textile et du prêt-à-porter.

Ils ont également convenu de l’importance d’activer le rôle du Conseil des affaires conjoint égypto-tunisien et d’intensifier les réunions des hommes d’affaires dans les deux pays, ainsi que de la signature d’un Protocole de coopération entre les centres technologiques égyptiens et les centres techniques tunisiens dans les domaines de l’agroalimentaire, du cuir, de l’industrie des chaussures, des textiles et des matériaux de construction, outre les industries chimiques et d’ingénierie, l’ameublement et l’emballage. Cet Accord prévoyait également la tenue de la onzième réunion de l’équipe commune égypto-tunisienne dans le domaine de la reconnaissance mutuelle des certificats de conformité entre les deux parties au mois d’octobre prochain au Caire.

La récente adhésion de la Tunisie au consortium COMESA permettra également la mise en place de projets conjoints égypto-tunisiens dans plusieurs pays africains.

Les Conventions signées

Les relations commerciales et économiques entre l’Égypte et la Tunisie régissent trois cadres : les Accords bilatéraux dans lesquels les deux pays ont signé l’Accord de coopération économique et en février 2004, l’Accord d’Agadir a été signé entre l’Égypte, la Tunisie, le Maroc et la Jordanie, qui prévoit des exemptions complètes entre les États membres de la Convention, ainsi que le principe de l’accumulation de facilités pour les intrants échangés et leur éventuelle exportation vers l’UE au titre des Accords d’association entre ces pays et l’UE. En janvier 2005, la signature de l’Accord de Grande Zone Arabe de Libre-échange. En septembre 2015, le Premier ministre et son homologue Tunisien Habib Al-Sied se sont rencontrés en marge des réunions du Haut Comité conjoint, où il a été convenu de signer 16 Mémorandums d’accord et un programme exécutif de coopération entre les deux pays, en plus des procès-verbaux de la 15e session du Haut Comité conjoint. Il a également été convenu d’étendre les travaux avec un certain nombre de documents déjà signés pour les années à venir.

Le 12/11/2017, les activités de la 16ème session du Haut Comité égypto-tunisien ont été lancés, présidées par le Premier ministre Shérif Ismail et son homologue Tunisien Yousef Al-Shahed lors du Conseil des ministres au Caire, en présence du ministre de l’Investissement et de la Coopération internationale, Mme Sahar Nasr, le ministre de l’Agriculture, M. Abdel Moneim El-Banna, et du côté tunisien, le ministre du Commerce, des Transports, et le ministre des Affaires étrangères, dans le cadre de la volonté des deux pays de soutenir les cadres de coopération bilatérale dans divers domaines dans l’intérêt des deux peuples frères et d’accroître le volume des échanges commerciaux et des investissements conjoints, à la lumière du potentiel et de la richesse de ces deux pays. En plus d’échanger des points de vue et de coordonner les positions sur de nombreuses questions d’intérêt commun arabes, régionales et internationales.