La République démocratique fédérale d'Éthiopie
jeudi 7 mars 2019
La République démocratique fédérale d'Éthiopie

Position

L'Éthiopie est un État de la Corne de l'Afrique, sans accès à la mer. Elle est encadrée au Nord par l'Érythrée et le Soudan, à l'Ouest par le Soudan du Sud, à l'Est par le Djibouti et la Somalie et au Sud par le Kenya.

Superficie:

1 140 000 km2

Géographie

Le pays est composé de hauts plateaux et des basses terres périphériques. Les deux plateaux principaux sont traversés en leur centre par le Grand Rift. Sur les plateaux, l'altitude varie entre 1800 et 4 550 mètres; le plus haut sommet, le Ras Dashan atteint 4 550 mètres. Quant au Rift, son altitude peut descendre jusqu'à 150 mètres sous le niveau de la mer. Le haut plateau du centre et du Nord descend progressivement vers les basses terres du Soudan à l'Ouest, tandis que le plateau méridional descend vers les plaines arides et semi-arides de la Somalie au Sud-est.

Un grand nombre de cours d'eau sillonne les plateaux, notamment le Nil Bleu et ses chutes, en aval du lac Tana. Le Nil Bleu et ses affluents, ainsi que le Takazzé au Nord et le Baro au Sud, représentent la moitié du réseau fluvial du pays. Au Sud-est, le Chébéli arrose la Somalie avant de se jeter dans l'océan Indien.

De grands mammifères, caractéristiques du continent africain (lions, zèbres, diverses antilopes, de multiples singes...) peuvent être observés, surtout dans la réserve de Netchi Sar, outres les espèces d’oiseaux.
L’acacia à gomme, le caféier et la canne à sucre y poussent à l'état sauvage. Là encore, la flore riche et variée, offre  de magnifiques tableaux.
Lobélie, immortelles, Knophofia foliosa tapent dans l’œil !

Monnaie

Le Birr éthiopien (ETB).

Climat

Le climat est tempéré sur les hauts plateaux et chaud dans les basses terres. En fait, on peut distinguer trois aires climatiques et végétales étagées: jusqu'à 1.800 m, la kwolla, zone de terres chaudes, abondamment arrosées, portant d'épaisses forêts difficiles à défricher ou des steppes arides; entre 1.800 et 2.500 m, la woïnadaga, au climat tropical atténué, la plus peuplée et la plus cultivée; au-dessus de 2.500 m, la daïga, zone de terres froides, domaine de l'élevage et des céréales.

Les pluies sont en général abondantes, variant selon les saisons et les régions. Cependant, des pluies torrentielles tombent aux mois de juin, juillet et août.

Langues

100 langues sont parlées en Éthiopie, mais l’amharique, l'oromo, le somali, le tigrinya et l'anglais restent les plus à l’usage.

Fête nationale

28 mai (date de la chute du régime du Derg en 1991).

Drapeau

Le drapeau de l’Éthiopie a été adopté officiellement le 6 février 1996. Il présente quatre couleurs dans sa totalité : le vert, le jaune, le rouge et le bleu. Les trois premières couleurs sont représentées dans trois bandes horizontales de dimensions égales. Au milieu et découpant les bandes, une cercle bleu. À l’intérieur du cercle se trouve une étoile jaune à cinq branches avec des rayons autour.

Capitale

Addis-Abeba.

 

Villes principales

Axoum, Lalibela, Dire Dawa, Gambella, Mekele, Bahir Dar, Harar, Nazareth.

Population

108 744 906 (recensement de 2019).

Histoire

L'Éthiopie est connue pour être l'un des berceaux de l'humanité, comme le prouvent les recherches contemporaines. Le plus célèbre des découvertes (1974) est celle de Lucy (Dinkenesh ou la Merveilleuse), le squelette le plus complet d'un premier hominien encore trouvé, d’environ 3,5 pieds de hauteur, et remontant à environ 3.2 millions d'ans. Une réplique de son squelette est exposée dans le Musée national de l'Éthiopie.

Il existe plusieurs sites fossiles notables en Éthiopie, dont la vallée inférieure de l’Omo et la vallée awash, tous deux inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce dernier incluant la région de Hadar, Aramis et Melko Kunture, ainsi que les scènes de nombreuses découvertes paléontologiques.

Différents royaumes se succédèrent sur les territoires, dont le royaume D'mt (VIIIe – Ve siècles av. J.-C.), généralement considéré comme la première forme organisée d'un État en Éthiopie. Très peu de traces archéologiques ont subsisté de ce royaume qui aurait eu des relations très étroites avec le royaume sabéen au Yémen.

Après la chute du royaume de D'mt au Ve siècle av. J.-C., divers royaumes dominèrent la région jusqu'à l'émergence, au Ier siècle av. J.-C., du royaume d'Aksoum, premier empire important de l'histoire éthiopienne. Il réussit à unir les royaumes du plateau éthiopien du Nord, puis s'étendit à partir du Nord-est vers le Sud. Grâce à son accès à la mer Rouge et au Nil, le royaume fut fortement impliqué dans le commerce avec l'Inde et le bassin méditerranéen, en particulier l'Empire romain (plus tard byzantin). Les dirigeants axoumites facilitèrent le commerce en frappant leur propre monnaie à partir du IIIe siècle.

Vers 330, Ezana, négus d'Aksoum, se convertit au christianisme, qui devint alors la religion officielle de la population locale. À partir du début du IVe siècle, les Aksoumites commencèrent à utiliser le nom « Éthiopie » qui, dans la géographie antique, désignait l'Afrique.

Au VIIe siècle, les premiers musulmans de la Mecque fuyant la persécution des Quraychites y trouvèrent refuge, d’où la Première Émigration.

Ce grand empire chuta progressivement, du fait de l'expansion de l’État islamique qui l’isola des grandes routes commerciales, pour disparaître totalement vers 990, à cause des combats en mer Rouge et des révoltes des populations autochtones non christianisées, personnifiées par la légendaire princesse Judith de Simien.

Les Zagwés (1140-1270), puis les Salomonides (1270-1974) prirent le relais. Ces derniers, qui créèrent l’Empire d’Éthiopie, furent mené presque continuellement par des membres du groupe ethnique Habesha, composé de Tigréens et Amharas, d'où le nom Abyssinie. La dynastie salomonide, se maintenant durablement au pouvoir, réussit à repousser les Arabes et les armées turques et à initier une période de prospérité marquée par le développement intellectuel et commercial avec les Européens, notamment les Portugais. Cet « âge d'or » s'acheva au début du XVIe siècle sous Lebne Dengel.

De la moitié du XIXe au début du XXème siècle, trois souverains importants se succédèrent. Le premier fut Théodoros II, dont le couronnement en 1855 marqua le début de l'histoire moderne du pays. Premier véritable modernisateur, il soumit les chefs de province rebelles. Il demande à des Britanniques de l'aider à moderniser le pays, mais, devant leurs multiples ingérences dans les affaires politiques et religieuses, Théodoros rompit avec la Grande-Bretagne. En conséquence, les troupes britanniques écrasèrent l'armée éthiopienne et Théodoros se suicida en 1868.

En janvier 1872, le chef du Tigré Kassa Mercha arriva au pouvoir, sous le nom de Johannès IV. Il assura la suprématie du negusse negest (ou roi des rois) et fit progresser la construction nationale. Mais, il fut obligé de défendre les frontières éthiopiennes contre trois pays. les Britanniques qui arrivèrent de l’Égypte et auxquels il infligea une lourde défaite en 1875-1876. Ensuite, les Italiens qu’il vainquit à la bataille de Dogali en 1887. Enfin, les Mahdistes soudanais. Il succomba à ses blessures le 10 mars 1889, au lendemain de la bataille de Metemma contre les troupes du Mahdi.

La même année, le troisième grand souverain de cette période, Menelik II, poursuivit le processus d'expansion, d'unification et de modernisation du pays, tout en affrontant les menaces européennes. Il signa avec l'Italie le traité de Wouchalé, mais les Italiens l'utilisèrent pour imposer un protectorat au pays. Les Éthiopiens dénoncèrent ce protectorat en 1893, et un conflit éclata, débouchant sur une guerre contre l’Italie en 1895. En mars 1896, au cours de la bataille d'Adoua, les Éthiopiens écrasèrent les forces italiennes. Ce succès garantit à l'Empire son indépendance et la reconnaissance internationale de la souveraineté éthiopienne.

Du 1917 à 1930, Zaouditou, fille de Menelik II, devint la première femme chef d'Etat d'un pays indépendant. Son règne fut marqué par de grandes différences avec son successeur, Teferi Mekonnen.  

Suite au décès de Zaouditou, Teferi Mekonnen fut couronné le 2 novembre 1930 Negusse Negest, sous le nom de Haile Selassie Ier. La première Constitution d'Ethiopie fut introduite le 16 juillet 1931.

Durant les années suivantes, une véritable modernisation de l'Empire éthiopien suivit son cours : développement du réseau routier, mise en circulation du papier-monnaie en 1933 et création de nombreuses écoles en province et du cinéma.

Les Italiens occupèrent partiellement l'Ethiopie en 1935 pour cinq ans, durant lesquels une résistance nationale s'organisa jusqu'en 1941, date de la libération.

Régime

République fédérale. 

Constitution

La Constitution de 1994.

Pouvoir exécutif

Le pouvoir exécutif est aux mains du Conseil des ministres. Le Premier ministre est désigné parmi les membres du parti majoritaire au Conseil des représentants des peuples. 

Pouvoir législatif

Il est confié au parlement qui est composé de deux chambres, le Conseil des représentants des peuples, composé de 547 membres élus pour cinq ans, et le Conseil de la fédération, composé de 112 membres, un pour chaque nationalité et un membre supplémentaire pour chaque tranche de 1 million de personnes, désignés par des conseillers régionaux.

Partis politiques

  • Le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien est l’alliance des partis suivants :

- Front de libération des peuples du Tigré.

- Organisation démocratique du peuple Oromo.

- Mouvement national démocratique Amhara.

- Mouvement démocratiques des peuples du sud de l'Éthiopie.

  • La Coalition pour l'unité et la démocratie est l’alliance des partis suivants :

- Ligue démocratique éthiopienne.

- Parti d'union démocratique éthiopienne-Medhin.

- Parti arc-en-ciel.

- Parti pour l'unité de tous les éthiopiens.

  • Les Forces démocratiques éthiopiennes unies sont l’alliance des partis suivants :

- Congrès national Oromo.

- Parti fédéral social démocratique éthiopien.

- Coalition démocratique des peuples du sud-éthiopien.

- Organisation du peuple tout Amhara.

- Parti éthiopien de l'unité démocratique.

- Front uni démocratique révolutionnaire Afar.

- Mouvement socialiste pan-éthiopien.

- Mouvement démocratique fédéraliste Oromo.

- Parti démocratique national Afar.

- Front unité démocratique du peuple de Benishangul-Gumuz.

- Mouvement démocratique populaire Gambela.

- Organisation démocratique unie des peuples Sheko et Mezenger.

- Parti démocratique du peuple Somali

- Ligue nationale Hahari

- Organisation démocratique nationale Argoba

Il existe aussi des partis nationaux, dont l’Alliance pour la liberté et la démocratie, le Parti démocratique pan-éthiopien et le Parti démocratique national éthiopien. Comme il existe des partis régionaux, dont l’Organisation démocratique du peuple de Sidamo, le Mouvement démocratique des peuples de l'Afar, et l’Organisation Démocratique du Peuple de Walayta, Gamo, Gofa, Dawro et Konta.

Politique étrangère

Depuis sa fondation, l'Etat éthiopien entretient des relations diplomatiques avec plusieurs pays du monde. Elle est le premier pays contributeur de troupes aux opérations du maintien de la paix des Nations Unies. Addis-Abeba est aujourd'hui le siège de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) et de l'Union africaine (UA).

L’Éthiopie est membre de plusieurs organisations internationales, dont les pays ACP, le Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe (COMESA), la Banque africaine de développement (BAD), le Groupe des vingt-quatre (G24), le Groupe des 77, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'Association internationale de développement (AID), la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), le Comité international olympique (CIO), la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (ONUAA), la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Fonds monétaire international (FMI), le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), et l’autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD). Elle est élue membre au Conseil des droits de l'Homme et membre non-permanent du Conseil de sécurité pour 2017-2018. Elle est également l'un des premiers pays d’accueil des réfugiés en Afrique sub-saharienne.

Économie

L'Éthiopie possède une économie essentiellement agricole ; néanmoins, elle transite actuellement vers une économie industrielle et exportatrice. Depuis les années 2000, l'Ethiopie commence à réaliser une croissance annuelle de 10% pour devenir l’un des pays à plus fort taux de croissance économique enregistré dans un pays d’Afrique subsaharienne non producteur de pétrole.

Les Principales industries reposent sur la transformation des aliments, sur l’industrie textile, sur le cuir, sur la fabrication des produits chimiques, sur le traitement des métaux et sur le ciment.

Sources:

 

http://www.ethiopia.gov.et

https://ethiopianembassy.be

http://www.afrique-planete.com

http://www.haguere-ethiopie-tours.com/faune-et-flore.php

http://www.cosmovisions.com/Ethiopie.htm

https://fr.wikipedia.org

https://countrymeters.info/fr/Ethiopia