La République du Mozambique
samedi 16 mars 2019
La République du Mozambique

Position

Le Mozambique, officiellement la République du Mozambique, est un État situé au Sud-Est de l'Afrique qui s'étend sur une superficie de 782 574 km². Il est baigné par l'océan indien à l'Est et il a pour voisin au Nord la Tanzanie, à l'Ouest le Zimbabwé et le Malawi, au Sud la Zambie, l'Afrique du Sud et le royaume d'Eswatini (Swaziland jusqu'en 2018). Le canal du Mozambique le sépare de Madagascar, des Comores et de Mayotte.

Géographie

Les plaines côtières au Mozambique forment 40% du territoire mozambicain et constituent un paysage de dunes et de lagunes. Ce pays possède de nombreux cours d'eau issus des plateaux de l'Ouest. Il est notamment traversé par deux des plus grands fleuves d'Afrique orientale à savoir: le Limpopo et le Zambèze ; ce dernier traversant le pays de l'Ouest à l'Est pour se jeter dans l'océan indien.

Le Mozambique compte 80 rivières, dont 25 importantes qui débouchent sur l'océan. Le pays est globalement plat, seule une petite partie du territoire est constituée de montagnes, culminant au mont Binga à 2436 mètres près de la frontière avec le Zimbabwé et à 2419 mètres au mont Namuli, au Nord. Au Nord-Est, le plateau d'Angonia est formé par l'arête occidentale de la Rift Valley qui borde le lac Malawi, et dont une partie occupe le Mozambique puis se prolonge vers le Sud.

Les fonds des vallées sont recouverts d'une forêt qui abrite de nombreuses espèces animales : zèbres, buffles, rhinocéros, girafes, lions et éléphants. On compte une trentaine d'espèces d'oiseaux, notamment les oiseaux de mer qui sont attirés par la luxuriance des fonds de mer.

Le long du littoral, c’est la mangrove qui domine et les arbres les plus courants sont les cocotiers et les palétuviers.

En fait, près de 6000 espèces végétales ont été recensées, dont 250 sont endémiques. Le massif de Chimanimani est remarquable, avec au moins 45 variétés endémiques.

Les plantations varient en fonction du climat et du relief. Sont essentiellement cultivés la noix de cajou, le riz, la banane, le litchi, la canne à sucre, le coton, le tabac, le thé et le café.

Monnaie

Metical (MZM)

 

Climat

Le Mozambique est situé dans l'hémisphère sud raison pour laquelle ce pays bénéficie d'un climat tropical humide et chaud. Pendant la saison des pluies (de novembre à mars), Plus proche de l'équateur, le nord du Zambèze est marqué par un régime de mousson. Les pluies sont plus fréquentées au nord et au centre. La saison sèche dure d'avril à octobre avec des températures plus fraiches en moyennes de 5 degrés. Les températures les plus basses s'enregistrent à partir de la fin de juin jusqu'au début de juillet. Les journées sont le plus souvent ensoleillées.

Langues

Le portugais est la langue officielle, mais la plupart des Mozambicains parlent des langues bantoues et le swahili. Une minorité, surtout au Sud, emploie l'afrikaans et l'anglais. Les Yao utilisent une langue nilotique. 

Fête nationale

Le 25 juin (date de l'indépendance proclamée en 1975).

Drapeau

Le drapeau de la République du Mozambique a trois bandes horizontales de même largeur et de couleurs verte (en haut), noire (au milieu) et jaune (en bas), avec un triangle isocèle rouge dont la base s'appuie sur le côté de la hampe. La bande noire est bordée de blanc. Au centre du triangle il y a une étoile jaune à cinq branches sur laquelle se superposent et dessinés en noir, un fusil croisé avec une houe, eux-mêmes superposés à un livre blanc et ouvert.

Capitale

Maputo

Villes principales

Matola, Beira, Nampula, Nacala, Cahora Bassa, Inhambane et Sofala.

Beira

Démographie

29 632 474 d'habitants (en 2018)

Histoire

Le nom "Mozambique" provient du portugais mosambuco qui signifie "Rassemblement des bateaux".

Les premiers habitants du Mozambique furent les San : un peuple de chasseurs et de collecteurs également appelés Bushmen par les Hollandais qui vinrent s'installer sur leur territoire.

Entre le Ier et le IVe siècle après Jésus-Christ, des vagues de Bantous, fermiers et forgerons vinrent du Nord et immigrèrent à travers la vallée du fleuve Zambèze, puis envahirent le pays, pour pousser ensuite les San vers le Sud. Les navigateurs indiens et arabes battirent de nombreux comptoirs sur la côte Est de l'Afrique, d’où furent exportés l'or, le fer et le cuivre extraits du Zambèze. Dès le Xe siècle, il exista un important commerce d'ivoire, et peut-être d'or, avec la région au Sud des bouches du Zambèze, où les Arabes créèrent ultérieurement le port de Sofala.

Mozambique Port de Sofala fondé par les Arabes

Au XVe siècle, le pays fut déjà prospère lorsqu’arrivèrent les Portugais (Covilhã en 1490 et Vasco de Gama en 1498), qui s'installèrent dans les ports. Ils remontèrent le Zambèze jusqu'à Tete (1632) et évincèrent les Arabes. Lors du voyage d'António Fernandes de 1512 à 1516, ils constatèrent l'existence, au-delà de Sofala, de divers royaumes shonas, comme le Kitewe (ou Quiteve), tributaire du Monomotapa, dont la capitale fut située au Sud de la vallée du Zambèze. Les commerçants portugais s'installèrent dans la basse vallée et s'y métissèrent.

Mozambique population Shona

Au cours du XVIIe siècle, la suprématie du Monomotapa s'estompa : le royaume Barwe émergea, et, surtout, le Butwa, sur le plateau rhodésien, devint une menace sérieuse. En 1684, son roi battit le Monomotapa et s'assura la suprématie sur tout le plateau du Zimbabwé et la zone productrice d'or. Les Portugais déplacèrent alors leurs installations au Nord de l'embouchure du Zambèze.

Avec les explorations de Serpa Pinto (1878-1879), les Portugais tentèrent d'unir l'Angola au Mozambique, agrandi depuis 1875 de la région de la baie de Delagoa, en un empire unique transafricain.

Le Mozambique fut peu attirant pour les Européens, raison pour laquelle le pouvoir portugais lança, à la fin du XVIIIe siècle, une campagne de colonisation. Laquelle consistait à attirer des colons en leur offrant des concessions de très longue durée sur les terres de la couronne portugaise. Une importante communauté métissée se développa, mêlant les coutumes africaines au droit portugais.

Mozambique vestiges colonisation portugaise

Avec l'ouverture du canal de Suez, le Mozambique perdit son statut de plaque tournante entre l'Asie et l'Europe. Les Portugais décidèrent en 1907 de déplacer leur capitale à Lourenco-Marques (actuellement Maputo) pour se rapprocher de l'empire britannique en Afrique du Sud et en Rhodésie et resserrer leurs liens économiques.

Au XXe siècle, l'administration portugaise devint le type autocratique et le régime colonial se durcit considérablement en 1933. Et ce, suite à l'arrivée au pouvoir au Portugal d’Antonio de Oliveira Salazar.

Sous couvert de mission civilisatrice, le Portugal instaura le régime de l'indigénat aux Mozambicains, les privant ainsi du droit à l'éducation et de tous les autres droits de l'homme qui furent réservés aux Portugais et aux assimilés (les Métis). Les Mozambicains furent spoliés de leurs terres et exclus de tout pouvoir politique et économique, soumis aux travaux forcés, aux châtiments corporels, etc. Ce régime de l'indigénat subsista jusqu'en 1961.

La vie des populations locales fut terriblement affectée par le travail forcé et les mauvais traitements. Toute velléité de représentation politique et de revendication de la part des élites mozambicains en vue d'améliorer les conditions de vie du peuple fut systématiquement et sévèrement réprimée.

Pendant cette période, le nombre de colons augmenta de manière spectaculaire avec l'arrivée de nombreux Portugais. Par conséquent, le Mozambique devint une province portugaise d'outre-mer en 1951.

Il fut permis aux Mozambicains de devenir des citoyens portugais, à condition de savoir lire et parler correctement le portugais, d'avoir un casier judiciaire vierge, et de produire deux témoignages de moralité et un certificat médical, mais en fait, cela ne concernait que 2% de la population mozambicaine.

Cette situation entraîna des manifestations à diverses reprises au Mozambique où des mouvements nationalistes se développèrent avec l'appui des pays voisins, notamment la Tanzanie. La petite bourgeoise "assimilée" et les paysans des coopératives agricoles se mobilisèrent les premiers.

En 1962, Eduardo Mondlane créa, à Dar es-Salaam, le Frente de Libertação de Moçambique (FRELIMO) ou le Front de libération du Mozambique, qui déclencha la lutte armée contre le colonisateur portugais en septembre 1964, à partir du pays makondé dans le Nord. La réaction portugaise fut sévère mais dès 1965, le FRELIMO contrôla le un cinquième du pays, obligeant le Portugal à envoyer des renforts militaires. Les clivages politiques au sein du FRELIMO aboutirent en 1969 à l'assassinat de Mondlane. Son successeur, Simango, ne parvint pas à préserver l'unité du mouvement, raison pour laquelle Samora Moises Machel le remplaça en 1970 à la tête du FRELIMO.

Samora Machel et Edouardo Mondlane Mozambique

Le Portugal continua de se ruiner dans la guerre coloniale et envoya davantage de militaires vers l'Afrique jusqu'au déclenchement de la « révolution des œillets » à Lisbonne, le 25 avril 1974. Laquelle permit de trouver une solution politique à l'enlisement militaire des belligérants sur le terrain.

Dans ce contexte, les accords de Lusaka, signés en septembre 1974, organisèrent l'accession à l'indépendance du Mozambique, fixée au 25 juin 1975. Samora Machel devint le premier président de la République populaire du Mozambique. 

 

Régime

République à régime semi-présidentiel.

Constitution

  • Adoption : 2 novembre 1990
  • Entrée en vigueur : 30 novembre 1990
  • Révision : 1996 

Pouvoir exécutif

Le Chef de l'État et du gouvernement est le président de la République. Il est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans, renouvelable une fois consécutivement, puis renouvelable après une période de 5 ans. Le Premier ministre est nommé par le président de la République.

Pouvoir législatif

L'Assemblée de la République est constituée de 250 membres, élus au suffrage universel direct, pour un mandat de 5 ans. Le président de la République peut dissoudre l'Assemblée de la République, si elle n'approuve pas le programme du gouvernement. Si l'Assemblée de la République rejette une seconde fois le programme du gouvernement, le président de la République doit révoquer le gouvernement.

L'Assemblée de la République Mozambique

Pouvoir judiciaire

Le système juridique mozambicain est caractérisé par un pluralisme juridique constitutionnellement reconnu. En effet, suivant l’article 4 de la Constitution, l’État reconnaît les différents systèmes normatifs et de résolution des conflits qui coexistent dans la société mozambicaine, dans la mesure où ils ne sont pas contraires aux valeurs et principes fondamentaux de la Constitution. Ainsi, le droit codifié d’origine romano-germanique (civil law), hérité de la colonisation portugaise, coexiste avec les droits coutumiers fondés sur divers coutumes locaux.

Partis politiques

Le Front de libération du Mozambique (FRELIMO) est le parti au pouvoir depuis l'indépendance en 1975. Les principaux partis de l'opposition sont le Renouveau démocratique du Mozambique (RENAMO) et le Mouvement démocratique du Mozambique (MDM) ; celui-ci étant le deuxième parti d'opposition dans le pays.

Politique étrangère

La République du Mozambique est membre de la Communauté des pays de langue portugaise, de la Communauté de développement d’Afrique australe (CDAA – SADC), du Commonwealth, de l'Organisation des Nations-Unies (ONU), de l'organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), et de l'Union Africaine (UA).

Économie

Géographiquement bien positionné, le pays représente le seul point d'accès des pays enclavés d'Afrique australe à la mer. A cette fin, le Mozambique a établi des routes à péage avec le Malawi, le Zimbabwé et le royaume d'Eswatini.

Cependant, les principaux moyens de développer le pays restent en premier lieu l’exploitation des ressources naturelles et minières, dont le charbon en principe, le gaz naturel, l'aluminium, le fer, le sel, l'amiante et la bauxite. La richesse du Mozambique demeure son potentiel hydroélectrique et ce via les plusieurs centrales électriques mises en service sur les nombreux fleuves que compte le pays, notamment celle du barrage de Cabora Bassa construit sur le Zambèze en 1972. Cette centrale couvre largement les besoins du Mozambique et lui permet d'exporter l'électricité vers les pays voisins, dont surtout l'Afrique du Sud qui en importe aussi le gaz naturel via un gazoduc long de 500 km.

barrage de Cabora Bassa Mozambique

On trouve aussi des pierres précieuses telles le béryl et le diamant ainsi que de petits gisements de cuivre, d'or, de manganèse, de titane, du mica, et de l'aluminium.

Les noix de cajou, les fruits, le coton, la canne à sucre et le maïs constituent les grandes cultures traditionnelles d'exportation.

Les activités qui favorisent la croissance économique dans ce pays se concentrent essentiellement dans la zone Sud du pays et plus spécifiquement à Maputo.

Par ailleurs, l’exploitation des immenses gisements de gaz naturel découverts dans le bassin de Rovuma, au large des côtes Nord-Est du pays, fait l'objet d'immenses investissements en faveur du progrès du Mozambique.

Sources :

populationdata.net

cosmovisions.com

mz.ambafrance.org.

larousse.fr

un.org

fr.unesco.org

thecommonwealth.org

www.legiscompare.fr

voaafrique.com

lonelyplanet.fr

routard.com