La République du Sénégal
dimanche 13 janvier 2019
La République du Sénégal

Position et superficie 

D’une superficie de 196 722 km2, le Sénégal est limité au Nord par la Mauritanie, à l’Est par le Mali, au Sud par la Guinée et la Guinée Bissau, à l’Ouest par la Gambie, et par l’Océan Atlantique sur une façade de 500 km. Dakar (550 km2), la capitale, est une presqu’île située à l’extrême Ouest.

 

Géographie:

Pays plat aux sols sablonneux ne dépassant pas 130 m d’altitude sauf à la frontière sud-est vers la Guinée. Trois fleuves traversent le pays d’est en ouest : le Sénégal (1700 km) au nord, la Gambie (750 km) et la Casamance (300 km) au sud.

 

Monnaie

Franc CFA

Climat

Climat tropical sec caractérisé par deux saisons : une saison sèche de novembre à juin et une saison des pluies de juillet à octobre. Trois types de végétation : forêt au sud, savane au centre et steppe au nord.

Langue

Le français, le wolof, le peul, le sérère et le mandingue, en plus de l’arabe. Les Sénégalais s'expriment aussi dans près de 40 autres idiomes, selon les régions.

Fête nationale

4 avril (date de son indépendance de l’occupation française en 1960)

Drapeau

Le drapeau de la République du Sénégal est composé de trois bandes verticales et égales, de couleurs verte, or et rouge. Une étoile verte à cinq branches se trouve au centre de la bande or.

- La couleur verte représente la couleur de l'espérance ou de la fécondité.

- La couleur or représente la richesse et les arts en même temps.

- La couleur rouge représente la couleur du sang et la lutte contre le sous-développement.

- L'étoile représente les valeurs spirituelles chez le peuple sénégalais.

Capitale

Dakar.

Villes principales

Thiès, Kaffrine, Kaolack, Saint-Louis, Sédhiou, Kolda, Louga.

Démographie

15726037 d’habitants en 2018 (selon l’ANSD).

Histoire

C'est dans la Vallée de la Falémé au Sud-est du Sénégal que l'on trouve les plus anciennes traces de vie humaine. Les premiers royaumes se formèrent à partir du VIIème siècle, dont ceux de Terkour, de Namandirou et du Diaouf.

L'Islam commence à se propager au Sénégal en 1080 grâce aux  Almoravides.

Aux XIIIème et XIVème siècles, les deux empires du Mali puis du Djolof prirent naissance dans la partie centrale du Sénégal actuel. Au XVème siècle, l’espace compris entre les fleuves Sénégal et Gambie appartenait à une seule entité politique : le Djolof. Or, au XVIème siècle, le Djolof se réduisit aux limites d’un royaume très modeste. En 1512, après de longues pérégrinations, les Peul se fixèrent au Fouta Toro et créèrent un État, le Fouta Deyanke, qui y subsista de 1512 à 1776.

Or, au XVIIIème siècle, les méfaits de la traite affectaient toutes les catégories des sociétés africaines.

En fait, le navigateur Alvise Cadamosto découvrit ces terres pour le compte du Portugal entre 1442 et 1456. Les Portugais se lancèrent alors rapidement dans la traite des Noirs, capturés par la population locale et troqués, mais duront bientôt faire face à la concurrence des négriers britanniques, français et hollandais à travers le Commerce triangulaire.

Les Hollandais fondirent un comptoir sur l'île de Gorée, la France établit en 1659 celui de Saint-Louis qui devint la première capitale du Sénégal. En 1677, les Français occupèrent l'île de Gorée (un des principaux centres du commerce des esclaves au Sénégal avec Saint-Louis et le fort de l'île James en Gambie).

Après l'interdiction de la traite des Noirs par l'Angleterre et la France au début du XIXème siècle, la colonisation proprement dite se fit à la faveur de la mise en œuvre de cette interdiction par ces deux pays, en Gambie et au Sénégal respectivement.

La seconde République de 1848 créa un mandat de député pour Saint Louis. A partir de 1850, la politique coloniale française changea : les besoins accrus en matières premières destinées aux industries manufacturières et la progression de "l’idée coloniale", favorisée par les rivalités impérialistes, conduisirent à une stratégie d’occupation et de mise en valeur à partir des anciens comptoirs. Une politique mise en œuvre par Louis Faidherbe, le gouverneur du Sénégal qui jeta les bases de la future Afrique-Occidentale française (AOF). En dix ans (1854-1864), tout le littoral compris entre les fleuves Sénégal et Saloum passa sous la domination française, des postes militaires furent construits en Casamance, et des traités de protectorat permirent de contrôler la vallée du Sénégal, malgré la vive résistance anticoloniale, illustrée par des personnages tels que Aline Sitoé Diatta, Sidya Ndaté Yalla Diop, Oumar Tall, Mamadou Lamine Dramé, Alboury Ndiaye, Alpha Molo, Maba Diakhou Bâ, Ndaté Yalla, Moussa Molo Balde, Djignabo Badji, Lat Dior et autres.

À l’issue de la conférence de Berlin, tenue le 26 février 1885, les puissances européennes se partagèrent l'Afrique et l'Afrique-Occidentale française (AOF) fut créée en 1895, dont la capitale fédérale fut Dakar à partir de 1902. 

Jusqu’en 1945, l’organisation politique du Sénégal fut une parfaite illustration de "l’ordre colonial" : du commandant de cercle au gouverneur régna un système hiérarchique, autoritaire, immuable. Seuls les natifs des "quatre communes" (Dakar, Gorée, Rufisque, Saint-Louis) eurent le privilège d'octroyer la citoyenneté française, d’élire leurs conseils municipaux et d’envoyer un député au Parlement français. Ainsi naquit une classe politique sénégalaise qui trouva un terrain d’expression parlementaire après la Seconde Guerre mondiale avec les institutions créées par la nouvelle politique coloniale.

Dès 1945, deux députés sénégalais, Lamine Gueye et Léopold Sédar Senghor siégèrent à l’Assemblée constituante française. En 1946, une Assemblée territoriale du Sénégal fut élue. Elle désignait des parlementaires qui représentaient leur pays et obtenaient de grandes améliorations (liberté de réunion et d’expression, abolition du travail forcé). L’activité politique s’accompagna de la création de partis distincts (fondation du Bloc démocratique sénégalais en 1948), alors que poètes, romanciers et historiens animèrent une intense vie culturelle.

L’évolution vers l’indépendance fut accélérée par la création de la Communauté, recoupant des républiques autonomes et dont le Sénégal devint un État membre après le référendum du 28 septembre 1958.

Associés au sein de la Fédération du Mali depuis janvier 1959, le Soudan et le Sénégal demandèrent l’indépendance qu’ils obtinrent ensemble dans le cadre unitaire, le 4 avril 1960. Léopold Sédar Senghor fut élu premier Président de la République sénégalaise le 5 septembre 1960.

Régime

Présidentielle.

Constitution

La Constitution de la République du Sénégal, adoptée par référendum en 2001, est la quatrième que connaît le pays.

1- Constitution de 1959.

2- Constitution de 1960.

3- Constitution de 1963.

4- Constitution de 2001.

Le pouvoir exécutif

Le président est élu au suffrage universel pour une période de sept ans (cinq ans depuis la révision constitutionnelle de 2001) et nomme le Premier ministre. Le Conseil des ministres est nommé par le Premier ministre après consultation du Président.

Le pouvoir législatif

Le Parlement est constitué d'une Assemblée nationale, qui compte 150 membres élus à la proportionnelle pour une période de cinq ans, et d'un Sénat, récemment recréé.

Les élections législatives sont dissociées de l'élection présidentielle. Le sénat sénégalais comprend 100 sénateurs dont 65 sont nommés par le président de la République et 35 élus au suffrage universel indirect par les maires, conseillers municipaux. Le sénat assure la représentation des collectivités locales de la République et des sénégalais résidents à l'étranger.

Partis politiques

- Union pour le renouveau démocratique (URD).

- Parti socialiste.

- Parti démocratique sénégalais (PDS).

- Alliance des Forces de Progrès (AFP).

- Alliance pour la République (APR).

- Ligue démocratique (LD).

- Parti de l'Indépendance et du Travail (PIT).

Politique étrangère

Le Sénégal mène une action diplomatique active. Il est :

- Président du Comité d'Orientation du NEPAD depuis 2013.

- Secrétaire général de l’Organisation de la Francophonie de 2003 à 2014.

- Ancien Secrétaire général de l'Organisation de la Coopération islamique.

- Membre non-permanent du Conseil de Sécurité (2015- 2017).

- Président de l’assemblée des États parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, élu en 2017.

Il est le 8ème pays contributeur aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies (RDC, Mali, RCA, Darfour, Haïti, Soudan du Sud, Libéria).  

Il a aussi joué un rôle majeur dans la résolution de crises régionales (présence militaire sous mandat CEDEAO en Gambie).

Économie

Le Sénégal possède la quatrième économie de la sous-région ouest-africaine après le Nigeria, la Côte d'Ivoire et le Ghana. La France, l'Italie et l'Inde sont les principaux partenaires économiques du Sénégal.

La pêche constitue la principale source de devises au Sénégal.

Le tourisme est développé essentiellement sur le littoral avec de grands complexes hôteliers internationaux et des hôtels locaux de grande qualité.

Les principales industries sont les industries agroalimentaires, les mines de phosphate, la production d'engrais, le raffinage de pétrole, les matériaux de construction et les constructions navales.

Les plus importants produits exportés par le Sénégal sont l'or, les produits maritimes, le ciment, l'essence, l'acide phosphorique, les arachides et les mangues.

Les plus importants produits importés par le Sénégal sont le riz, le pétrole, les moutons et les automobiles.

 

Sources:

www.sec.gouv.sn

www.ansd.sn

www.presidence.sn

www.ecowas.int

www.senegal-online.com

fr.wikipedia.org