La République togolaise
vendredi 25 janvier 2019
La République togolaise

Position

Le Togo, officiellement la République togolaise, est un État d'Afrique de l'Ouest. Le Togo est bordé au Nord par le Burkina, à l'Est par le Bénin, au Sud par l'océan Atlantique (le golfe de Guinée) et à l'Ouest par le Ghana.

Superficie

56 785 km2.

Géographie

Le Togo est un pays étroit, tout en longueur, avec 45 km de plages bordées de cocotiers. Son territoire s’étend au Nord sur plus de 600 km. Dans sa plus grande largeur, le Togo mesure 140 km.

La côte est en réalité une large bande de terre sablonneuse séparée de l’intérieur par une série de lagunes.

Les lacs sont nombreux, le plus grand étant le lac Togo. Plus au Nord, entre 60 et 90 mètres d’altitude, le plateau du Ouatchi s’étend sur une trentaine de kilomètres. On l’appelle parfois Terre de barre en raison de son sol rougeâtre, riche en fer. Un nord-ouest du plateau du Ouatchi se trouve le bassin du Mono.

Au Togo, on retrouve essentiellement des buffles, des antilopes, des bubales et des cobs. Près des cours d’eau, on retrouve aussi des crocodiles, des hippopotames et des margouillats. Beaucoup d’oiseaux peuplent ce pays, dont les hérons, les perdrix, les faisans, les éperviers, les tours et les cailles.

La flore du Togo est très diversifiée. De gigantesques baobabs, des cocotiers, des bananiers, des manguiers, des palmiers, des acajous, des karités, etc. Vers Sokodé, la végétation devient celle de la savane arbustive avec des forêts-galeries.

Le Togo offre vraiment une faune et une flore variée, des paysages de collines et de montagnes, de superbes vallées, des plaines arides ainsi que des plages de sable fin.

Monnaie

Franc C.F.A

Climat

Le climat du Togo est de type tropical. Le Togo présente trois grandes zones climatiques : la zone méridionale, la région centrale et la région septentrionale. Lesquelles se caractérisent par des saisons de pluies qui alternent avec des saisons sèches.

Langue

Le Français est la langue officielle. L’Ewe et le Kabyé sont les deux principales langues nationales, en plus de 50 dialectes africains.

Fête nationale

Le 27 avril 1960 (Fête de l'indépendance de la République togolaise de l'occupation française)

Drapeau

Le drapeau du Togo arbore, en haut à la hampe, une étoile blanche dans un canton rouge. Ce canton est accompagné de cinq bandes horizontales d'égale largeur, trois vertes (en haut, au centre et en bas) et deux jaunes, intercalées entre les vertes.

Ce drapeau a été adopté au moment de l’indépendance le 27 avril 1960.

Capitale

Lomé.

Villes principales

Sokodé, lama-Kara, Kpalimé, Atakpamé, Aného, Notsé.

Démographie

7 352 781 habitants (selon le recensement de 2018).

Histoire

Le pays tire son nom du Lac Togo, lui-même situe dans les montagnes du même nom. Le Lac Togo est appelé par les populations locales "Miayi To Godo", ce qui signifie "nous irons au delà de la colline".

Comme la plupart des pays d’Afrique, l’histoire du Togo a débuté par des migrations de peuples à la recherche de contrées plus accueillantes et plus sûres. Parmi les premiers colons, on trouve les Kabyés et les Lambas, peuplades qui vinrent du Nord entre le VIIe et le XIIe siècles, en même temps que les tribus Tamberma, Akposso et Bassar.

Les Ewes, l’un des plus grands groupes du Togo, arrivèrent du Sud-ouest du Nigeria et s’établirent d’abord dans la vallée du Mono qui devint un centre important de commerce et d’agriculture au XVIe siècle. Les Ewes se déplacèrent d’abord vers la zone de Notsé, puis vers celle de Kpalimé, jusqu’au littoral pour arriver enfin à l’actuel Ghana.

D’autres groupes suivirent. Les Guins arrivèrent au XVIIe siècle en provenance du Ghana actuel. Les Tchokossis arrivèrent à peu près à la même époque de la région de Côte d’Ivoire, et les Mobas depuis la zone du Sahel au Burkina Faso.

Au XVe siècle, les premiers commerçants européens. des Portugais, des Danois, des Allemands, des Français et des Britanniques, débarquèrent sur les côtes à la recherche d’esclaves.

En 1884, un diplomate allemand, Gustav Nachtigal, arriva dans un petit village sur les rives de l’actuel Lac Togo, au Nord de la plage, soit l’actuel Togoville. Il signa avec le chef du village, Mlapa III, un traité qui accorda à l’Allemagne des droits commerciaux dans la région. En 1885,  l’Allemagne imposa au Togo le Protectorat qui dura jusqu’à la première Guerre Mondiale.

Or, l'arrivée des Allemands se heurta à une forte résistance de la part des indigènes. La révolte des Kabyé (1890) et celle des Konkomba (1897-1898) furent matées violemment. Toutefois, les révoltes ne cessèrent d'augmenter en intensité surtout lorsque les occupants allemands s'enfoncèrent à l'intérieur des territoires du Togo conquis.

Comme Lomé fut la principale porte du Nord, la première vraie route du pays, Lomé-Kpalimé fut construite à partir de 1892. Le 6 mars 1897, l’administration allemande décida d’y transférer la capitale du territoire.

Dès le début de la première Guerre Mondiale, les troupes britanniques et françaises, par une action combinée, encerclèrent les troupes allemandes qui ne tardèrent pas d’abandonner Lomé pour se consacrer à la défense de leur base de Kamina. Après deux semaines de résistance, les troupes allemandes se résignèrent à l’abandon de leur base. C’est ainsi que prit fin le 26 août 1914 la colonisation allemande.

Le Royaume-Uni occupa la ville de Lomé jusqu’en 1919. À la fin de la Guerre, la France reçut de la SDN (Société des Nations) un mandat sur les deux-tiers du territoire se situant à l’Est et le Royaume-Uni le reste. Cette partition de facto du territoire aboutit à deux protectorats.

Après la deuxième Guerre Mondiale, le mandat accordé par la SDN fut transféré en 1946 à l’ONU, mais resta sous la tutelle française.

Le Togo fut, par la suite, un des premiers pays à se doter d'institutions politiques et électorales. Les partis politiques togolais travaillèrent activement à l'évolution du statut du pays, mais se divisèrent en deux camps, opposés dans leurs objectifs : le Comité de l'unité togolaise (CUT), fut partisan d'un État réunifié et autonome, alors que le Parti togolais du progrès (PTP) demandait l'abolition de la tutelle et réclamait une association plus étroite avec la France.

En 1956, la partie du territoire confiée aux Britanniques décida par la voie des urnes son rattachement à la Gold Coast qui prendra le nom de Ghana après son indépendance en 1957. Pour sa part, le territoire sous administration française vota en 1957 pour la mise en place d’un gouvernement autonome du Togo au sein de l’Union française. Le scrutin du 27 avril 1958 fut remporté par le CUT et Sylvanus Olympio, son chef, fut élu Premier Ministre de la République.

En septembre 1958, Charles de Gaulle revint au pouvoir. Sylvanus Olympio se rendit à Paris pour s'entretenir avec lui, et engagea à son retour au Togo le processus d'indépendance du pays, qui fut fixée le 27 avril 1960, après avoir été avalisée par les autorités onusiennes. Sylvanus Olympio fut élu président de la République indépendante du Togo et dirigea la rédaction de sa Constitution.

Régime

République à régime semi-présidentiel

Constitution

Constitution de 2003.

Pouvoir exécutif

Le Chef de l'État est le président de la République. Il est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans.

Le Premier ministre est le Chef du gouvernement. Il est nommé par le président de la République.

Pouvoir législatif

L’Assemblée nationale est composé de 81 députés, élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans.

Les deux tiers des membres du Sénat sont élus par les représentants des collectivités territoriales de membres, alors que le Président de la République en nomme le tiers. Le mandat des membres du Sénat s’étend également sur 5 ans.

Le président de la République peut dissoudre l'Assemblée nationale après consultation du Premier ministre et du président de l'Assemblée.

Le gouvernement doit démissionner si l'Assemblée nationale adopte une motion de censure, ou lui refuse un vote de confiance.

Partis politiques

L’Union pour la République (Unir) est le parti au pouvoir.
les partis de l’opposition sont l’Union des Forces de Changement (UFC), l'Alliance nationale pour le changement (ANC), le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) et la Convention Démocratique des Peuples africains (CDPA).

Politique étrangère

La République togolaise est membre de plusieurs organisations internationales, dont la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union Africaine (UA), Africa Finance Corporation (AFC) qui est une institution financière de développement des infrastructures en Afrique, l'Alliance Globale Karité, l'organisation internationale de la francophonie (OIF), l'UNESCO, la banque asiatique d'investissement, l'Organisation des Nations-Unies (ONU) et l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Économie

La république togolaise dispose de ressources naturelles, dont le phosphate, le cacao et le fer.

Les exportations de produits agricoles (palmistes, café, cacao, coton) viennent cependant loin derrière celles des phosphates du lac Togo, seule ressource notable du sous-sol. Le manioc et le maïs constituent les bases de l'alimentation.

L’économie du pays est dominée par l’agriculture commerciale et de subsistance. La production de cultures vivrières et de rapport représente 47% du PIB et fait travailler 65% de la population. Le secteur minier est l’un des secteurs économiques les plus prometteurs du Togo, quatrième producteur mondial de phosphate. Estimées à 60 millions de tonnes, ses réserves pourraient donner un coup de pouce à cette industrie.

Le Togo poursuit et élargit les efforts déjà engagés, afin d’offrir un terrain encore plus attractif pour des investissements internationaux et de renforcer la dynamique d’investissement.

Plus concrètement, près de 20 projets clés dans 9 secteurs, s’appuyant sur les atouts du pays, offrent aux investisseurs des opportunités de se déployer au Togo.

Par ailleurs, le pays dispose d’atouts touristiques importants avec ses plages, ses parcs naturels, sa vie culturelle et des points d’intérêts particuliers, tels que le site du patrimoine mondial de l’UNESCO à Koutammakou. En plus de neuf réserves naturelles, dont le Parc National Fazao-Malfakassa, la réserve de faune d'Aledjo, la réserve de faune du Sarakawa, la réserve de l'Oti, le Parc national de la Kéran, la réserve de Mandouri et la fosse de Dung.

Sources :

Togo-tourisme.com

Portail de la République togolaise (togo.gouv.tg)

www.republicoftogo.com

Populationdata.net/pays/togo/

Encyclopédie Larousse en ligne

diakadi.com

fr.wikipedia.org

http://france.ambassadetogo.org

togomai2011.blogspot.com/p/le-togo.html